Go back

Modalités de test de voile rogallo


#1

Nous prévoyions initialement d’intégrer un parachute de type rogallo dans la fusex Bételgeuse de l’Electrolab, qui devait être lancée lors de la campagne C’Space.

Nous avions préparé en début d’année une voile de test à l’échelle 1:1, à base de bâche plastique pour la voile et de fil alimentaire pour les suspentes (matériaux utilisés pour des raisons de coût et de disponibilité).
La taille de la voile avait été déterminée sur la base de celle conçue par Laboratori denvol pour une personne de 80Kg, nous avons fait un ratio de la surface pour prendre en compte une charge à freiner de l’ordre de 5 à 8Kg.

Une photo de la voile de test en cours étendue et avec quasiment toutes les 32 suspentes déployées :

L’un des gros enjeux a été les modalités de réalisation des tests, notamment pour tester la finesse de la voile ainsi créée. Il s’avère que ce n’est pas tout simple de larguer une bombonne d’eau de 5L attachée à un parachute de plus de 2m d’envergure depuis une hauteur significative, tout cela en s’assurant de la sécurité et de la légalité de l’opération.

Nous avons étudié plusieurs possibilités :

  • Fabrice, membre de l’Electrolab et pratiquant l’escalade en club, nous a proposé les points suivants :
    1) Viaduc des fauvettes

https://www.google.fr/maps/@48.6787065,2.1503833,730m/data=!3m1!1e3?hl=en

  • bonne hauteur et arches
  • dégagement étroit orienté NE sinon il y a de grand arbres
  • site en libre accès aux publiques mais il faut gérer la cohabitation et franchir la barrière = danger de mort pour une personne n’ont formé

2) Château d’eau de Saint-Arnoult
À 1h15 de Nanterre sur la route du viaduc par l’autoroute
https://www.google.fr/maps/@48.5664047,1.9430434,190m/data=!3m1!1e3?hl=en

  • 30m à 37m
  • dégagement à 360° dans un champ
  • site réservé aux licenciés des fédérations (c’est mon cas)
  • le club gestionnaire aurait la clé pour monter dans la structure, mais il y a des antennes GSM sur le toit, j’ignore pour l’instant comment est géré la cohabitation des lieux.

3) Falaises aux Andelys ou carrières dans le nord
Pour résumer, il y a de la végétation, une route et des habitations en face, et puis le bord de la falaise = danger de mort. Faudrait voir sur place.

4) En milieu urbain
Mon mur d’escalade à Denfert dans le 14ème à un dévers de ~ 7m dans un gymnase, il y a des créneaux peu fréquenté genre samedi de 18h à 19h. À voir pour faire des mini tests au chaud.

  • nous avons aussi regardé la possibilité de lancer depuis une cheminée sur le site de l’ancienne papeterie de Nanterre, à proximité de l’Electrolab. Deux gros obstacles : les travaux de démolition du site venaient tout juste de commencer, et la proximité immédiate de la maison d’arrêt de Nanterres fait que ça aurait probablement été difficile de larguer un élément depuis le haut de la tour.
  • viaduc de Saint-Benoît au sud de Poitiers, utilisé par l’équipe de l’ENSMA Space Project pour les tests du système de la fusex Constellation. Un peu loin pour nous.

Finalement, nous avions fait la sélection du château d’eau de Saint-Arnould, mais nous voulions avant d’y aller faire des tests plus simples à proximité de l’Electrolab. Nous nous sommes donc retrouvés un soir à l’entrée du port de Nanterre,sur la passerelle à piétons.

Nous avons fait un certain nombre de tests, dont les vidéos (de mauvaise qualité dans l’environnement nocturne) sont disponibles dans ce répertoire Google Drive.
Comme vous pouvez le voir, le résultat était loin d’être parfait… et peu de temps après ces tests nous avons pris la décision d’abandonner l’intégration d’une voile rogallo sur Bételgeuse, et de se limiter à une voile hémisphérique déjà éprouvée.

L’analyse qui a été faite de ces tests est que le matériau utilisé pour la voile était probablement trop lourd et rigide pour donner une approximation réaliste du comportement de la même voile dans sa version finale, tandis que la faible hauteur de lâcher (6-7 mètres) n’était pas suffisante pour constater le comportement en condition réelle de la voile.
Les tests depuis le coffre de la voiture montrent tout de même un bon déploiement de la voile.

Les données de la centrale inertielle embarqué sur la bombonne :

Il est probable que pour faire un test vraiment représentatif, il faut construire la voile avec les matériaux finaux prévus (toile de spie et ligne dyneema), et idéalement intégrer tout ça dans une minifusée qui serait dédiée au test de cette voile. Ca fait un projet dans un projet ;o)

Nous sommes en tous cas preneurs de nouvelles suggestions de lieux et de modalités de tests, le fait de documenter tout ça ici pourra probablement aussi servir à d’autres.


#2

Hello,
Et pourquoi pas le larguer d’un ulm à 100m de haut?
Ok normalement il faut une autorisation mais bon faut voir avec le pilote.

Cdlt
Benoit


#3

Hello,
J’ai vu vos video, si vous souhaitez plus de finess il va falloir mettre des caissons et centré sur le bord attaque
avec un angle attaque négatif.
Attention à la toile de spy il y a différent grammages et elle ne ce plie pas dans un pode sinon ont casse les fibres et à l’ouverture elle ce déchiré.
Prévoir également un frein sur les suspentes pour évite une ouverture trop rapide et l’explosion du parachute
Il faut plus s’orienter sur une toile type soie ou trouve un vieux parachute (allez voir chez les velivole).

cordialement
Benoit


#4

Je suis preneur d’un contact de pilote ULM si tu as, et notamment pour gérer de façon responsable un tel largage (ça fait partie de la Charte Fédération :slightly_smiling_face:)

En phase avec toi sur les caissons, je pense que c’est surtout une question du matériau utilisé, trop rigide.
Pour l’angle d’attaque négatif, il faudrait donc selon toi revoir la longueur de certaines suspentes ? Nous avons appliqué un ratio unique sur les longueurs de la Pampacat, voir vidéo en bas de la page qui montre qu’elle a l’air d’être très bien conçue.

Au sujet de la toile de spi, nous avons un très bon retour d’expérience du lancement de l’Alpha Rocket avec celle-ci achetée sur CDK, elle tient très bien le pliage et la compression et se déploie aussi très bien. Pour Bételgeuse, on a utilisé de la toile en soie de récup issue d’une grosse boîte de l’aéronautique, beaucoup plus compacte, mais jusqu’ici pas eu l’occasion de tester en vol. C’est en effet de toute façon le matériau cible.


#5

hello
Merci de ta réponse Damien.
Le parachute que vous utilisez à une finesse entre 0.25 et 1.1.
L’inconvénient de ce parachute et son pliage qui est assez complexe.
Le taux de réussite de l’ouverture et de 50%.
Il a un autre problème c’est qu’il a tendance à faire des twistes (les suspentes qui s’enroule) ce qui rend
la directionabilite impossible.
Donc il faut prendre ceci en considération pour le développement.
pour augmenter la finess il faut diminue la trainer et pour cela travailler sur le profil et diminuer le diamètre et le nombre des suspentes (pour les suspentes un coef de résistance de *10 et un minimum)( utilise de la tresse pour la pèche). pour cela il faut utilise la technique de la patte d’oie et de la pyramide.
Sinon essayer le parachute à fenêtre beaucoup plus simple et fiable mais plus grand et un peut moins directionnelle.
Le top après c’est de développer une aile rectangulaire ou elliptique (parapente) mais la c’est beaucoup plus complexe surtout a coudre.
cordialement
Max


#6

Hello Benoît, et heureux de voir qu’on a un connaisseur du sujet !

Est-ce que tu peux m’indiquer comment tu as déterminé cela ?

Idem, est-ce que tu as des sources à nous indiquer ?

Qu’appelles-tu un parachute à fenêtre ? Une recherche Google ne me donne rien.

Et nous sommes d’accord sur la complexité de l’aile rectangulaire, ce sera la prochaine étape ;o)


#7

Bonjour,
Pour le parachute type rogallo il est utilisé en parapente pour le secours, il y a a sur le net beaucoup d’article et notice constructeur sur ce sujet sur les site de parapente.
Pour la détermination de la finess, il y a des simulateurs informatiques en aérodynamique mais complexe a utilisé (il faut être dedans lol) de plus la finess et calculer en air calme.
Le parachute à fenêtre et tout simplement une voile ronde avec une partie ouverte. A l’époque ou je fabriquer mes parachutes (model reduit 20cm a 3m) c’est le seul qui était fiable et dirigeable ouverture à 99% et simple à plier.
Petit histoire les première ailes souple pour l’ouverture avais deux écope sur le dessous pour facilite le gonflement des caissons.
Pour les testes d’ouverture, c’est simple tous les parachutes de secoure doivent s’ouvrirent avec une hauteur min de 50m et des vitesse variable.
Pour c’est tests j’avais confectionner une mini soufflerie avec des ventilateurs et du carton.

Je vais essayer de vous trouvez des plans du parachute a fenêtre ainsi que celui a tuyère et les autres infos.
Cdlt Max


#8

Voici un resumé des types de parrachute.

et un lien

CDLT
Max


#9

Nous avons une session parachute à l’Electrolab avec Philippe ce jeudi.
Je partirais bien sur un parachute hémisphérique à fente suite à tes explications, mais je lis sur cette page que la finesse de ce type de modèle est très faible, de l’ordre de 0,25.
En même temps, la simplicité de fabrication devrait nous permettre de nous concentrer sur le système de contrôle des suspentes directrices, et on passerait dans la version suivante du parachute à une voile rogallo, voire directement à une aile.


#10

Hello la team
Un peut de vocabulaire.
La cheminée: ouverture au sommet du parachute ou se rassemble les suspentes, trop grosse le taux de descente est trop élevé, trop petit le parachute et instable et risque de ce refermer.

Le bord d’attaque: bord extérieur du parachute.
Caisson: partie entre deux suspentes et la cheminée (bord de fuite).
Suspente: Elles doivent être continue jusqu’à la chemine et relier ensemble le coefficient de résistivité et *10.
Élévateur. partie de liaison entre les suspentes et l’objet.Ont les nomment A,B,C les A étant devant.
Saumon( aile): parti qui ce trouve a l’extrémité.
Dérive: partie en tissus fixe sur les suspentes.

La fabrication parachute a fenêtre.
La hauteur de la fenêtre ne doit pas dépasser les 2/3 de la hauteur du caisson.
Renforce le bord d’attaque du caisson (talonnette de pantalon).
Renforce l’écartement de la fenêtre avec de la suspente en Z.
Mettre une suspente centrale coefficient de résistance min *2 d’une suspente normal.
Mettre deux dérive de longueur de 1/6 du périmètre du cercle.
Pour la directivité prévoir deux petites ouverture sur les caissons a cote de la fenêtre et avec un morceau de tissu cousue en demi cercle faire une sorte de clape (a 'intérieur du parachute).
Les suspentes doivent avoir une longueur de 1.5 a 3 fois le diamètre (1.5 c’est bien).

Le pliage j’ai une notice en pdf

Attention pour le système mécanique il faut une certaine force.
Ne pas oublier le frein d’ouverture.Sinon a grande vitesse vous aurez des lambeaux.

Si vous avez des questions je suis à votre disposition.